Retour sur la conférence AgoraCms : le CMS n’est plus indispensable ou Enjeux et voies de progrès de la gestion de contenus

par Thomas Fourdin, le 6 mai 2014, 22:20 - Lien permanent

catégorie : Événements - tags :

Il y a déjà deux semaines se tenait la deuxième édition de la conférence parisienne AgoraCms, petite sœur de Drupagora. Une journée pour redécouvrir les solutions et les enjeux actuels de la gestion de contenu. logo_agoracms

L’âge de la maturité ?

À l’écoute des conférenciers une première constatation s’impose : la gestion de contenus s’est professionnalisée. Les éditeurs ne se concentrent plus sur la gestion des pages, le référencement naturel ou la personnalisation du design. Tout cela est acquis et ne pose plus questions.

Assez paradoxalement, on aura donc très peu vu de contenus en action ce jour-là.

Les enjeux : industrialisation, multicanal et e-marketing

Les enjeux du moment ont évolués. Il s’agit aujourd’hui de s’équiper d’une solution robuste sur le long terme, supportant tout un ensemble de sites, adaptée aux différents supports (dont le mobile bien évidemment) et intégrée au dispositif plus vaste de web-marketing.

Plus globalement, Le CMS n’apparaît plus comme la pierre angulaire d’une présence en ligne. Il se cantonne désormais à son rôle initial : gérer les contenus. Il n’est donc qu’une des briques du vaste dispositif technique nécessaire pour exister sur Internet.

Les différentes solutions rivalisent désormais sur leur capacité à s’intégrer à des plates-formes plus vastes et à communiquer avec d’autres outils.

Des voies de progrès pour le contributeur

Hier, l’internaute était la première cible affichée des CMS. Il fallait lui proposer du contenu riche, interactif et bien présenté. Ce que n’importe quel CMS propose aujourd’hui par défaut.

La direction informatique et la direction marketing sont aujourd’hui choyées. Avec des logiques de fiabilité et de performance, de déploiement facilité, d’intégration au système d’informations. Avec la mise en œuvre de personnalisation par profil, de liaison avec des outils publicitaires et le CRM, des tests en ligne et d’analyse d’audience.

Finalement, le public délaissé semble toujours celui des contributeurs. Après les tentatives ratées du WYSIWYG et de la contribution directement sur le site visité, la saisie des contenus semble toujours condamnée à de longs formulaires indigestes. Alors qu’on serait en droit d’attendre d’un CMS moderne qu’il nous aide à :

  • faciliter la contribution : des aides à la saisie systématiques, des contrôles avancés sur les contenus, de la pré-saisie automatique, de la prévisualisation sur les différents supports concernés.
  • gérer des contenus modulaires : des formats distincts et aisément rassemblés en pages ou documents, des variantes selon les supports, des alternatives accessibles.
  • animer les contenus : des interfaces fluides pour gérer la couche au-dessus des contenus (les pages d’accueil, les liens et promotions transverses, les filtres d’accès).
  • ajouter d’autres sources de contenus : pour ajouter facilement à ses pages des cartes, des contenus multimédias, des extraits de réseaux sociaux, des widgets externes, des flux, des API et que sais-je encore.

Des alternatives

Enfin, à l’heure où les CMS ont perdu (à juste-titre) leur place centrale et prioritaire dans toute réflexion de dispositif web, leur caractère incontournable est remis en question. Même si plusieurs solutions tentent de varier les plaisirs en proposant des extensions sociales ou e-commerce, les CMS ne devraient apparaître que sur des projets qui placent les contenus au centre. Ou pour être plus précis, dans les projets qui prévoient une équipe de contributeurs non-codeurs pour des contenus fréquemment mis à jour (et je pèse chacun de ces mots).

Car même si on l’oublie trop souvent, on peut parfois facilement se passer de CMS. Si on dispose de contenus mis très peu à jour ou de contributeurs qui aiment mettre les mains dans le code, une solution de site statique peut parfaitement faire l’affaire. De nombreuses solutions viennent aujourd’hui aider à la réalisation et au déploiement de sites sans CMS.

À l’inverse si on souhaite créer un dispositif plus complexe et plus personnalisé, mieux vaut sans doute choisir un framework de développement. Mûrs eux aussi, ils apportent avec eux tout un lot de briques fonctionnelles préexistantes et une souplesse beaucoup plus grande.

Car, et ce sera ma conclusion, le CMS n’est plus indispensable. J’ai vu trop d’exemples de solution connue choisie par précaution par une DSI frileuse, de CMS reconnus mais déployés en dépit du bon sens ou encore d’outils où seule la saisie de code HTML rendait possible le résultat attendu. Alors, faites le bon choix et pensez-y à deux fois.

À lire sur le sujet : Le piège des CMS – l’édition facile et Le piège des CMS – la dépendance et la série de billets sur les générateurs de sites statiques sur le site de Bertrand Keller.

Pas encore de commentaire pour Retour sur la conférence AgoraCms : le CMS n’est plus indispensable : faut s'y mettre !

Étrennez les commentaires

Retour sur Paris Web : petit guide pour choisir les conférences

par Thomas Fourdin, le 23 octobre 2012, 11:52 - Lien permanent

catégorie : Non classé - tags :

Jeudi et vendredi derniers c’était la conférence Paris Web, repaire incontesté de professionnels du métier (du côté de la réalisation) et grand moment de partage. Celle-ci était la troisième édition à laquelle j’assistais et j’en profite pour vous aider à vous y retrouver si jamais vous y assistez un jour.

Logo de la conférence Paris Web

Petit panorama des conférences

Les conférences « Coup de fouet »

L’orateur scande ses phrases en vous regardant dans les yeux (oui, vous !). La présentation aligne un mot par page, écrit en capitales 100pt. Promotion exceptionnelle sur les points d’exclamation.

Les ustensiles d'Inidiana Jones : fouet et chapeau

» Comportement à adopter : Rugissez, trépignez, tapez du pied, faites un peu de sport en rentrant aussi, ça détend et ça vous évitera de vous en prendre à vos proches. Reprenez-en un peu toute l’année à chaque fois que vous manquez d’énergie, les vidéos servent à ça.

Les conférences « Je le savais »

On parle d’une technologie à la pointe mais, en bon professionnel, vous l’expérimentez déjà depuis un certain temps. Vous en savez donc autant que l’orateur, vous partagez les joies et les peines qu’il expose aujourd’hui en public. Vous n’êtes pas là pour apprendre mais pour partager, vous vous sentez complices.

» Comportement à adopter : Abondez dans son sens, hochez la tête en cœur, osez un « oui oui », « complétement » ou « bien d’accord » discret de temps à autre, applaudissez fortement. Si vraiment vous pensez que vous auriez dû être à la place de l’orateur, prenez le micro pour dire « je n’ai pas vraiment de question mais plutôt une remarque à faire / un complément à apporter ».

Les conférences « Vends-moi du rêve »

L’orateur travaille au web de demain dans une fondation ou entreprise que vous osez à peine épeler. Il est venu vous montrer ce que vous, pauvre suiveur, pourrez envisager en production dans 5 ans. Vous en venez à espérer un monde meilleur où les navigateurs seraient à jour et les clients compréhensifs. Vous vivez dans un rêve, vous en êtes conscient mais ça vous fait planer.

» Comportement à adopter : Laissez-vous porter mais préparez le retour à la réalité.

Les conférences « C’est du chinois »

L’orateur jongle avec les sigles techniques et les abréviations absconses. Sa présentation intègre des morceaux de code. Vous avez visé trop haut et vous êtes trompé de salle. Vous vous sentez petit et incompris. D’autant plus quand le public se met subitement à rire d’un bel ensemble sans que vous n’ayez rien vu de potentiellement drôle.

Schéma d'utilisation d'Appcache pour Lanyrd.com par Jake Archibald

Schéma d’utilisation d’Appcache pour Lanyrd.com par Jake Archibald

» Comportement à adopter : Restez alerte, mimez la compréhension et glanez au moins quelques termes à ressortir en société.

Les conférences « Groupe de paroles »

L’orateur invite immédiatement le public à participer. Tout le monde est invité à partager ses peines. L’ennemi (client, collègue, utilisateur) est dehors mais, là-dedans, entre nous, on est bien, on se comprend.

» Comportement à adopter : Lâchez-vous. Livrez-vous. Si prendre la parole vous rebute, osez une timide larme. Si votre voisin pleure, prêtez-lui votre épaule compatissante.

Recette pour une journée de conférence optimisée

  1. Commencez par une « Vends-moi du rêve » pour émerger en douceur ;
  2. Enchaînez avec une conférence « Groupe de paroles » pour revenir sur terre et vous libérer de vos tracas  ;
  3. Tentez une « C’est du chinois » au cas où ;
  4. Alternez avec une conférence « Je le savais » pour reprendre confiance en vous ;
  5. Finissez par une « Coup de fouet » pour doper votre courage ;
  6. Rentrez chez vous mettre tout ça en pratique !
  7. Revenez surtout l’année prochaine.

Pas encore de commentaire pour Retour sur Paris Web : petit guide pour choisir les conférences : faut s'y mettre !

Étrennez les commentaires

Paris Web 2010, j’y étais !

par Thomas Fourdin, le 18 octobre 2010, 15:11 - Lien permanent

catégorie : Événements - tags :

Jeudi, vendredi et samedi se tenait la conférence « Paris Web, Web design, qualité et accessibilité ». Une conférence axée sur le design d’interfaces web (on y revient). Ici pas de spécialisation monothématique comme pour les conférences liées à une technologie particulière ; pas non plus de culture du buzz et des concepts à la mode comme pour les conférences « 2.0 ». Mais plutôt une passion partagée pour un web de qualité avec l’accessibilité et le respect des standards comme mots d’ordre !

Toutes les conférences seront rapidement consultables par tous sur les espaces Dailymotion et Slideshare officiels.

Je n’ai malheureusement pas pu assister à l’ensemble du programme et chaque intervention mériterait d’y passer des heures. Je vais donc plutôt tenter de dégager quelques idées clés sur le métier ici évoqué.

La conception d’interfaces web, un métier mal reconnu

Le thème principal de Paris Web tourne autour de la conception d’interfaces web. Cette étape peu visible qui fait le lien entre le graphisme (ou webdesign) à l’œuvre sur une maquette et le développement côté serveur pour traiter les données (je schématise !). Pour cette étape on parle d’« intégration », de « développement front », de « découpage » et de bien d’autres formulations. Un problème de vocabulaire et de valorisation soulevé notamment par Éric Daspet lors de son intervention.

Pourtant cette étape est clé. Le web est un média interactif qu’on ne peut restreindre à des critères esthétiques. Son efficacité dépend directement de la façon dont son usage a été prévu en amont.

A l’opposé, le web est aussi un média incroyablement ouvert et libre d’accès devenu indispensable pour l’organisation sociale et la démocratie. Il faut assurer qu’il le reste.

L’ensemble des interventions ont montré que du travail reste à faire pour convaincre les décideurs et les autres métiers du Web d’accorder de l’attention à cette compétence précise. Paris Web en est un des leviers francophones et livre quelques pistes :

  • valoriser la qualité d’une interface web avec des enjeux économiques pour mieux convaincre : public atteint, objet de communication, optimisation du référencement, facilité de maintenance ;
  • déployer en entreprise une fonction transversale de « responsable qualité web » ;
  • essayer de nommer, de définir et de porter plus précisément cette compétence pour mieux la valoriser et la faire reconnaître (suivre @edasfr pour plus d’infos).

Le web, un métier et/ou une passion ?

Paris Web est un microcosme très déformant du métier du web puisqu’il concentre un nombre incroyablement élevé de passionnés ! Mais les années aidant, on observe que cette passion devient mature (j’y reviens). Sans abandonner pour autant la volonté de fournir un média accessible à tous et l’amour du travail bien fait.

Même si le pourcentage de passionnés devrait se réduire avec le temps (élargissement du métier, professionnalisation), il faut maintenir cette dynamique positive. Pour cela, il est nécessaire d’entretenir un nombre suffisant d’experts captivés par ce qu’ils font et enclins à partager leurs compétences et leurs savoirs avec l’ensemble de la profession.

  • réorganiser annuellement Paris Web (en voilà une idée) !
  • ouvrir Paris Web à la diffusion vers l’ensemble du métier et de ses acteurs et éviter d’en faire une chasse gardée des spécialistes inaccessibles.

Une compétence en perpétuelle évolution

5 ans de Paris Web et toujours des révolutions constantes dans le métier. Comme rappelé par certains intervenants, la vitesse à laquelle les outils (les navigateurs notamment) évoluent est considérable et propre au Web. HTML 5 et CSS 3 sont déjà en train de rendre possible des choses impensable il y a 2 ou 3 ans. Les usages se répandent comme aucune technologie ne l’avait fait jusqu’alors.

Ce dynamisme renversant rend difficile la tâche de ceux qui travaillent sur le sujet. Une veille permanente et une remise en question régulière permettent seules de rester à jour et de garantir un travail toujours aussi bien réalisé.

  • réorganiser annuellement Paris Web (déjà dit il est vrai) ;
  • utiliser quotidiennement les blogs, sites de référence et autres twitter et se construire une liste de prescripteurs (les orateurs de Paris Web peuvent fournir une liste de démarrage prête à l’emploi).

Une approche pluridisciplinaire

Après 5 années d’existence, Paris Web explore toujours de nouveaux territoires. Les thèmes principaux restent la conception d’interfaces Web, l’accessibilité, les standards bien sûr. Mais le Web se trouve au point de rencontres de nombreuses compétences et savoir les reconnaître (puisqu’il devient impossible de tous les maîtriser) est un atout indispensable.

Cette année par exemple il a été question de typographie, de mise en page, d’analyse statistiques, de vin, de tests utilisateurs, de rédaction, de dialogue entre agences et clients, et j’en passe …

  • continuer à donner envie d’explorer toutes les compétences mises en œuvre pour aboutir à un site Web de qualité !
  • rester concentré sur la conception d’interfaces Web de qualité pour conserver la spécificité thématique de Paris Web (il y a déjà beaucoup trop de conférences axées sur l’économie Web, l’entreprenariat, le e-marketing ou les médias sociaux).

Du dogmatisme au pragmatisme !

Un des reproches que je faisais l’an dernier à Paris Web était une certaine forme de repli sur soi-même. Du aux trolls systématiques (anti-IE, anti-Flash, anti-tane, etc.), les private jokes et une certaine forme de mépris pour « ceux qui ne savent pas ».

Cette année, je dois dire que je n’ai plus du tout ressenti ce constat. La diversité des orateurs et du public témoignent d’un bel élargissement. J’ai trouvé dans chacune des interventions une volonté de rendre le discours accessible à tous et de se rendre pratique aux yeux du public. Plutôt que de dresser une liste de méthodes autorisées et d’interdits à appliquer telle quelle, chacun des orateurs a réussi à présenter des conseils à utiliser en fonction du contexte. Le mot d’ordre étant de ne pas s’agripper à la règle mais d’en tirer le maximum !

Cela démontre la vivacité de Paris Web et de ce métier qui est passé d’un mode défensif à un mode diffuseur d’idées !

Autrement dit et en deux mots, je salue la richesse et le dynamisme de cette conférence unique en son genre (au moins en France) qui réconcilie avec les fondements du métier et donne à patienter largement jusqu’à son édition suivante. Merci !

(nota-bene : À noter que j’en disais déjà la même chose l’année dernière : Retour sur Paris Web 2009 : un métier ou une passion, un droit élémentaire ou un business ? Une culture professionnelle ? !)

Retour sur Paris-Web : un métier ou une passion, un droit élémentaire ou un business ? Une culture professionnelle ?

par Thomas Fourdin, le 17 octobre 2009, 14:41 - Lien permanent

catégorie : Événements - tags :

Une conférence de haut-vol

La semaine dernière se tenait la (fameuse) conférence « Paris-Web, webdesign, qualité et accessibiltié ». L’occasion pour moi, pauvre chef de projet éloigné malgré lui du concret du métier, de renouer pendant deux jours avec le HTML, les CSS, le HTTP, le design, la sécurité et plus globalement les standards et bonnes pratiques de création Web. Le tout servi par des orateurs de renom et de talent !

page d'accueil et introduction du site de Paris-Web

la profession de foi de Paris-Web

Du Web bien fait

Un des sujets rémanant de ces conférences est la difficile promotion des standards et la qualité Web. Comment expliquer à un décideur que l’on peut faire une bonne ou une mauvaise implémentation d’un site Internet si il ne le constate pas de visu ? Comment recruter une équipe experte qui est à cœur de produire un design et un code de qualité ?

Sur place, les conférenciers et les participants semblent animés par un amour du travail bien fait, une passion pour ce qu’ils font, voire une certaine technophilie qui peut tourner au sectarisme parfois (notamment en érigeant des ennemis communs et omniprésents : la firme de Redmond en premier lieu).

La valeur du Web

Le Web est-il un métier à part ? Dans quel autre domaine d’activité, des acteurs concurrents se rencontrent pour partager un amour de la qualité et du travail bien fait ? La médecine, le journalisme ? Pourquoi une telle importance de la culture professionnelle dans ce secteur de l’Internet ?

J’y vois plusieurs éléments d’explication, liés à la courte histoire du Web et à la place qu’il occupe déjà dans notre société :

  • Tout d’abord, le Web est encore assez neuf. Ceux qui y travaillent aujourd’hui depuis quelques années n’ont pas été spécialement formés à cet égard mais ont appris eux même en bidouillant et par passion. Ces communautés de passionnés ont inventé depuis rien les standards et les bonnes pratiques du Web.
  • Ensuite, le Web est un domaine très facile d’accès. Aucune formation, jamais ouvert un livre sur le sujet ? Pas besoin de ça pour mettre une page en ligne et aucun risque à l’arrivée sinon celui des yeux et du temps perdu. Cette facilité explique un besoin d’autant plus fort de sensibilisation et de formation.
  • Enfin, le Web est devenu incroyablement incontournable comme espace d’information et d’expression. Au point que la Finlande déclare aujourd’hui l’accès à l’Internet haut-débit comme un droit. Cela en fait un peu plus qu’un media, un service, un outil et une vitrine. Ceux qui y travaillent ont une haute opinion de leurs attributions et de la nécessité de rendre l’accès au Web universel et pérenne pour tous.
  • Une culture commune

    Des événements comme Paris-Web sont fondamentaux pour le métier. Ils entretiennent et professionnalisent cette culture Web, ces bonnes pratiques qui distingue un site lambda d’un site de qualité et aux standards.

    Pour moi comme pour beaucoup de participants, cette conférence a permis de se rappeler que les enjeux du Web ne sont pas uniquement commerciaux. Mais, qu’au contraire, travailler dans ce secteur demande une volonté de faire bien (et même mieux que communément attendu) pour que le Web soit encore et toujours un espace ouvert et universel.

    Pas encore de commentaire pour Retour sur Paris-Web : un métier ou une passion, un droit élémentaire ou un business ? Une culture professionnelle ? : faut s'y mettre !

    Étrennez les commentaires